Tweeter

Pourquoi codes-tu ?

Je code parce que j'aime ça. Coder me donne le sentiment de créer quelque chose, de donner vie à une idée. Pour moi coder, c'est une forme d'art, il y a de multiples façons d'arriver au même résultat, chacune a ses spécificités et on peut trouver une certaine beauté dans le code. Coder me permet aussi de garder le contrôle, de comprendre comment les choses fonctionnent. Aussi, coder me permet d'être paresseux - si je dois faire quelque chose de répétitif, je le code, et l'ordinateur le fait pour moi. Et puis aussi, coder c'est amusant pour moi, ça me détend aussi...

Comment as-tu appris ?

J'ai appris à coder quand j'avais 9 ans, un jour où je m'ennuyais. Je n'avais rien d'autre à faire et j'ai demandé à mon père ce que je pouvais faire avec l'ordinateur. Il a ouvert Microsoft QBasic et m'a dit «essaye de faire un truc avec ça». Alors j'ai un peu regardé la documentation, des exemples, et je me suis mis à coder des programmes inutiles qui dessinaient des formes géométriques à l'écran... C'est aussi en faisant ça que j'ai appris les bases de l'Anglais - la documentation était intégralement en anglais.

Quel est ton langage préféré ?

Quand je dois coder un petit truc rapide pour répondre à un besoin ponctuel, c'est le ruby. Quand j'ai besoin d'écrire du code robuste, testable, ou une application assez grosse, c'est java. Mais j'aime aussi l'élégance un peu particulière d'Objective-C, et l'expressivité des langages fonctionnels comme Haskel.

Pourquoi chacun devrait-il apprendre à programmer ou être initié ?

Notre société repose de plus en plus sur l'électronique et l'informatique - je crois que c'est important, particulièrement pour la jeune génération, de comprendre comment tout ça marche. On peut aussi penser que le développement informatique devrait être porteur d'emplois dans l'avenir. Aussi, apprendre à coder apprend à regarder les choses d'une manière différente, logique, à décomposer les problèmes pour les solutionner. Elle apprend qu'il y a plusieurs moyens d'arriver à son but et montre à quel point on apprend de ses erreurs.